Cette porte n’est pas vert pomme : de l’inutilité de la négation

Tick and cross cartoon
Ne pensez pas à une porte vert pomme. Vous êtes devant cette porte, vous la regardez attentivement. Elle n’est pas vert pomme, pas une seule trace de vert pomme, pas de bandes vert pomme, pas de dessins vert pomme, pas même un point vert pomme.
De quelle couleur avez-vous vu cette porte? Il y a fort à parier que votre réponse est : vert pomme.
En effet, notre cerveau ne perçoit pas la négation.

Avez-vous déjà remarqué que lorsque l’on dit à un enfant « Ne fais pas de bêtises », « Arrête de faire du bruit », « Ne pleure pas », c’est l’inverse qui se produit?

Quand je dis négation, vous pensez à ne…pas, ne…plus, ne… jamais…, aucun…ne, personne…ne mais elle se cache aussi dans des formulations avec des préfixes privatifs tels que im/in, a (im-possible, in-admissible, a-normal…), des termes comme oublier, arrêter, perdre… L’astuce pour reconnaître une négation est de supprimer le mot qu’on soupçonne être une négation. Si la phrase obtenue dit le contraire de ce que vous vouliez exprimer, il s’agit bien d’une négation.

Il en est de même pour vos objectifs. Lorsqu’une personne me donne un objectif à la forme négative, je la fais systématiquement reformuler à la forme affirmative. Par exemple, une personne qui dit ne plus vouloir d’insomnies peut reformuler en « Je veux me détendre », »Je veux être en forme dans la journée »… Le contraire de l’insomnie est propre à chacun. La question se posera alors de savoir si la suppression des insomnies permettra d’atteindre réellement l’objectif visé.

Et pour vous, « Je veux arrêter de fumer », ça donnerait quoi à la forme affirmative?

Quand notre inconscient refuse notre guérison…

Parfois, alors que toutes les conditions sont réunies pour notre guérison, la thérapie n’a aucun effet. Souvent cela est dû à ce qu’on appelle les « bénéfices secondaires« . L’inconscient identifie des avantages au comportement que vous considérez consciemment comme indésirable et refuse de le modifier.

oui

Prenons des exemples concrets :

  • Une jeune fille a régulièrement des migraines. Elle aimerait se débarrasser de cette douleur qui lui gâche la vie. Cependant, l’inconscient en a décidé autrement. Un travail sur les bénéfices secondaires montre que ses crises migraineuses sont les seuls moments où sa mère lui montre de l’affection en compatissant, lui changeant régulièrement le gant de toilette humide qu’elle a appliqué sur son front…
  • Une femme a pris 20 kgs suite à une rupture amoureuse. Elle ne parvient pas à mincir malgré tout ce qu’elle met en place. Un travail sous hypnose lui permet de réaliser que son inconscient désire conserver ce poids pour que les hommes ne s’approchent plus d’elle.
  • Un homme désire arrêter de fumer. 2 séances d’hypnose lui permettent d’atteindre son objectif, mais il reprend la cigarette un mois plus tard. Certes, il voulait réellement arrêter de fumer mais  la cigarette lui permettait de faire des pauses dans sa journée.
  • Une femme, dépressive, fait des crises d’angoisse qui l’empêchent de sortir de chez elle. La thérapie ne fonctionne pas car son inconscient a réalisé que sans ces crises d’angoisse elle devrait retourner à son travail qu’elle ne supporte plus.

Les bénéfices secondaires ne sont pas faciles à accepter car ils produisent de la culpabilité mais il faut bien comprendre qu’ils sont totalement inconscients.

Il est important

  • de les identifier
  • de conserver ces bénéfices avec un comportement moins handicapant. Par exemple, cet homme qui désire arrêter de fumer peut s’octroyer des pauses en buvant un jus de fruits.

En PNL et encore plus en hypnose qui fait directement appel à l’inconscient, il existe des moyens rapides d’identifier ces bénéfices secondaires et de trouver comment les préserver en changeant de comportement.

Les applications de l’hypnose

Image

Je commencerai par formuler deux réserves quant à l’application de l’hypnose : elle est contre-indiquée pour les personnes souffrant d’une psychose, la consultation d’un médecin pour les troubles physiologiques est indispensable.

Sans être exhaustive, voici les domaines où  l’hypnose donne de bons résultats :

  • améliorer ses potentiels : concentration, apprentissage, gestion du stress, confiance en soi…
  • douleurs chroniques ou aiguës
  • troubles psychologiques : migraines, énurésie, constipation, dépression, angoisses, TOC, phobies, traumas, deuil, troubles du comportement alimentaire, addictions, troubles du sommeil…
  • maladies de peau : eczéma, verrues, urticaire, zona…