euh… stress? dis, stress…

stress, hypnose

stress, hypnose

C’est Selye qui a inventé le mot stress dans les années 30. En mécanique, il désigne une interaction entre une force et la résistance du matériau. C’est donc la lutte entre un individu et des événements.

Même si nous connaissons le stress dans sa forme négative, n’oublions pas que la langue anglaise différencie 2 formes de stress :

  • l’eustress : le stress positif, qui nous fait avancer
  • le distress : le stress négatif que nous allons évoquer ici

NB : Un événement négatif (tel qu’un mariage, une naissance…) peut provoquer du stress négatif.

Avez-vous remarqué que certains tombent systématiquement malades dans des périodes où ils ne peuvent pas se l’autoriser? Ceci est dû au stress qu’on n’arrive pas à gérer.

Dans les années 40, Wolff a pu observer ce qui se passait dans l’estomac d’un sujet dénommé Tom grâce à une ouverture pratiquée dans son estomac pour lui permettre de se nourrir suite à un accident. A chaque réaction émotionnelle négative, les muscles de son estomac se contractaient et de l’acide chlorhydrique était produit, ce qui permet la formation de certains ulcères.

On connaît aujourd’hui les conséquences du stress sur la santé :

  • troubles digestifs (ulcères, nausées, diarrhée, constipation…)
  • douleurs (mal de dos, maux de tête, migraines…)
  • troubles dermatologiques (eczéma, chute de cheveux…)
  • insomnies
  • troubles des voies respiratoires (rhumes, asthme…)

En situation de stress, les défenses immunitaires, qui permettent à l’organisme de lutter contre les microbes, diminuent. L’hypothalamus produit de l’ACTH (hormone adrénocorticotrope) qui supprime les réactions immunitaires.

Une expérimentation intéressante sur stress, système immunitaire et hypnose

En 1984, Jemmot et Locke constatent la baisse de sécrétion d’anticorps d’étudiants à la veille des examens. Ils répartissent leurs sujets d’étude, étudiants en médecine, en 2 groupes : un groupe qui pratiquera l’auto-hypnose et un groupe contrôle sans intervention particulière. Les 2 groupes auront une prise de sang avant et après, qui permettra de mesurer les lymphocytes T, jouant un rôle dans les réponses immunitaires. On assiste à une baisse de ces lymphocytes de 24 à 33 % dans le groupe contrôle et une augmentation de 2 à 8% dans le groupe ayant pratiqué l’auto-hypnose.

L’hypnose et l’auto-hypnose jouent donc un rôle important dans la prévention de certaines maladies.

N’hésitez pas à utiliser cette courte séance d’auto-hypnose sans modération :

Ces presque riens qui font presque tout

Certains ont des migraines ou d’autres troubles le week-end ou pendant les vacances, à un moment où a priori le stress a disparu.

Cela serait dû à un « rebond parasympathique » qui se produit pendant la période de calme qui suit le stress. Alors un conseil pour ces personnes en attendant de pratiquer l’hypnose : maintenir une activité durant ces périodes pour faire descendre le stress doucement.

pour aller plus loin

(liens affiliés amazon)

Cette porte n’est pas vert pomme : de l’inutilité de la négation

Tick and cross cartoon
Ne pensez pas à une porte vert pomme. Vous êtes devant cette porte, vous la regardez attentivement. Elle n’est pas vert pomme, pas une seule trace de vert pomme, pas de bandes vert pomme, pas de dessins vert pomme, pas même un point vert pomme.
De quelle couleur avez-vous vu cette porte? Il y a fort à parier que votre réponse est : vert pomme.
En effet, notre cerveau ne perçoit pas la négation.

Avez-vous déjà remarqué que lorsque l’on dit à un enfant « Ne fais pas de bêtises », « Arrête de faire du bruit », « Ne pleure pas », c’est l’inverse qui se produit?

Quand je dis négation, vous pensez à ne…pas, ne…plus, ne… jamais…, aucun…ne, personne…ne mais elle se cache aussi dans des formulations avec des préfixes privatifs tels que im/in, a (im-possible, in-admissible, a-normal…), des termes comme oublier, arrêter, perdre… L’astuce pour reconnaître une négation est de supprimer le mot qu’on soupçonne être une négation. Si la phrase obtenue dit le contraire de ce que vous vouliez exprimer, il s’agit bien d’une négation.

Il en est de même pour vos objectifs. Lorsqu’une personne me donne un objectif à la forme négative, je la fais systématiquement reformuler à la forme affirmative. Par exemple, une personne qui dit ne plus vouloir d’insomnies peut reformuler en « Je veux me détendre », »Je veux être en forme dans la journée »… Le contraire de l’insomnie est propre à chacun. La question se posera alors de savoir si la suppression des insomnies permettra d’atteindre réellement l’objectif visé.

Et pour vous, « Je veux arrêter de fumer », ça donnerait quoi à la forme affirmative?

Quand notre inconscient refuse notre guérison…

Parfois, alors que toutes les conditions sont réunies pour notre guérison, la thérapie n’a aucun effet. Souvent cela est dû à ce qu’on appelle les « bénéfices secondaires« . L’inconscient identifie des avantages au comportement que vous considérez consciemment comme indésirable et refuse de le modifier.

oui

Prenons des exemples concrets :

  • Une jeune fille a régulièrement des migraines. Elle aimerait se débarrasser de cette douleur qui lui gâche la vie. Cependant, l’inconscient en a décidé autrement. Un travail sur les bénéfices secondaires montre que ses crises migraineuses sont les seuls moments où sa mère lui montre de l’affection en compatissant, lui changeant régulièrement le gant de toilette humide qu’elle a appliqué sur son front…
  • Une femme a pris 20 kgs suite à une rupture amoureuse. Elle ne parvient pas à mincir malgré tout ce qu’elle met en place. Un travail sous hypnose lui permet de réaliser que son inconscient désire conserver ce poids pour que les hommes ne s’approchent plus d’elle.
  • Un homme désire arrêter de fumer. 2 séances d’hypnose lui permettent d’atteindre son objectif, mais il reprend la cigarette un mois plus tard. Certes, il voulait réellement arrêter de fumer mais  la cigarette lui permettait de faire des pauses dans sa journée.
  • Une femme, dépressive, fait des crises d’angoisse qui l’empêchent de sortir de chez elle. La thérapie ne fonctionne pas car son inconscient a réalisé que sans ces crises d’angoisse elle devrait retourner à son travail qu’elle ne supporte plus.

Les bénéfices secondaires ne sont pas faciles à accepter car ils produisent de la culpabilité mais il faut bien comprendre qu’ils sont totalement inconscients.

Il est important

  • de les identifier
  • de conserver ces bénéfices avec un comportement moins handicapant. Par exemple, cet homme qui désire arrêter de fumer peut s’octroyer des pauses en buvant un jus de fruits.

En PNL et encore plus en hypnose qui fait directement appel à l’inconscient, il existe des moyens rapides d’identifier ces bénéfices secondaires et de trouver comment les préserver en changeant de comportement.

5 fausses croyances sur l’hypnose

« Je ne me souviendrai pas de ce qui s’est passé »

FAUX Vous restez conscients. Ce n’est pas un état de sommeil mais un état modifié de conscience où vous êtes hyperconcentré. Alors que lors du sommeil l’électroencéphalogramme présente des ondes thêta, sigma, delta selon les stades, pendant l’état de l’éveil attentif des ondes bêta, lors de l’hypnose il s’agit d’ondes alpha, spécifiques des moments de détente avec les yeux clos.

                                   Image

 

« On peut me faire faire n’importe quoi »

FAUX Aucun praticien ne peut vous faire faire ou dire ce que ne voulez pas. Si ses suggestions atteignent votre système de valeurs, soit vous sortirez de transe, soit vous ne ferez pas ce qui est demandé.

 

« La transe est quelque chose de magique qu’on ne vit pas tous les jours »

FAUX C’est un état naturel que vous connaissez environ toutes les 90 mn quand vous rêvassez, conduisez de manière automatique, êtes plongés dans un film ou un livre passionnant… On est donc presque tous hypnotisables.

 

« Les hypnotiseurs / praticiens en hypnose / hypnothérapeutes… ont reçu un don »

FAUX Les techniques de l’hypnose s’apprennent. La mise en transe suit des principes ainsi que la sortie de transe. Des protocoles bien précis sont utilisés. Les praticiens en hypnose ont suivi une formation théorique et pratique. A noter que le terme « hypnotiseur » est utilisé pour l’hypnose de spectacle.

 

« L’hypnose est une manière magique de résoudre mes problèmes »

FAUX Vous avez toutes les ressources en vous pour aller mieux, le praticien en hypnose n’est qu’un guide. Il faut vraiment désirer le changement pour que l’hypnose agisse. Par exemple, si vous venez pour arrêter de fumer pour faire plaisir à votre entourage, cela ne fonctionnera pas. Il y a aussi des raisons inconscientes pour ne pas vouloir changer, raisons qu’on peut travailler ensemble avant de passer à la séance d’hypnose proprement dite. Les bénéfices secondaires seront l’objet du prochain article.

 

Une dernière entendue aujourd’hui 

« Si j’utilise l’autohypnose enregistrée pour m’endormir, je ne vais jamais me réveiller, je serai toujours en transe. »

FAUX La blague habituelle pour répondre : « Oui, j’ai d’ailleurs 3 patients dans mon cabinet depuis 15 jours ! » Plus sérieusement, on se réveille normalement. L’état d’hypnose ne dure pas. N’oubliez pas que c’est un état naturel que vous vivez plusieurs fois dans la journée.

Comment améliorer la concentration de vos enfants?

Votre enfant a du mal à faire ses devoirs? Il est attiré par tout ce qui se passe autour de lui et met des heures à apprendre une leçon ou faire un exercice? C’est forcément une source de conflits à la maison et les conflits n’arrangent pas les choses. Alors voici une astuce toute simple : le mandala.

Image

Avant qu’il ne se mette à ses devoirs, faites-lui colorier un mandala de l’extérieur vers l’intérieur pour la concentration ou de l’intérieur vers l’extérieur pour son ouverture (si vous voulez qu’il soit réceptif à des explications par exemple). Je vous rappelle (voir article sur l’état hypnotique) que l’état hypnotique est un état d’hyperconcentration. J’utilise souvent les mandalas quand je travaille avec les enfants pour induire cet état.

Je vous renvoie à un excellent article d’une collègue étudiante en psychologie si vous voulez en savoir plus pour les mandalas :

http://reflexotherapeute.wordpress.com/2014/05/17/la-mandala-therapie/

Plusieurs sites proposent des mandalas à imprimer, comme celui-ci :

http://www.jedessine.com/r_281/coloriage/coloriage-mandala

Allez, encore un truc pour intensifier cette concentration. Steven Halpern a créé des musiques favorisant l’apprentissage. Vous pouvez en trouver ici :

http://www.youtube.com/watch?v=bLBVewxqU-4

Et si ça marche pour les enfants… ça fonctionne aussi pour les grands…

J’attends vos retours.

 

Les applications de l’hypnose

Image

Je commencerai par formuler deux réserves quant à l’application de l’hypnose : elle est contre-indiquée pour les personnes souffrant d’une psychose, la consultation d’un médecin pour les troubles physiologiques est indispensable.

Sans être exhaustive, voici les domaines où  l’hypnose donne de bons résultats :

  • améliorer ses potentiels : concentration, apprentissage, gestion du stress, confiance en soi…
  • douleurs chroniques ou aiguës
  • troubles psychologiques : migraines, énurésie, constipation, dépression, angoisses, TOC, phobies, traumas, deuil, troubles du comportement alimentaire, addictions, troubles du sommeil…
  • maladies de peau : eczéma, verrues, urticaire, zona…

qu’est-ce que l’état hypnotique?

Qu’ont-ils en commun?

         Image              Image

                  Image

Ils sont en état hypnotique. C’est un état de conscience modifié où le monde extérieur n’existe plus : distraction ou hyperconcentration.

Je suis sûre qu’il vous est déjà arrivé de perdre toute notion de temps et d’espace.

  • de conduire de manière automatique en ne vous souvenant pas d’être passé par tel village (« la voiture connaît la route »)
  • de rêvasser (pendant que la prof de français expliquait la règle d’accord du participe passé par exemple)
  • d’être tellement absorbé par un livre, un film ou un jeu video que vous n’entendiez pas qu’une personne vous parlait

Cette « transe commune », nous l’expérimentons chaque jour toutes les 90 mn environ.

L’hémisphère gauche de notre cerveau fonctionne alors au ralentit au profit de l’hémisphère droit.Schématiquement, le cerveau gauche est le siège du raisonnement alors que le droit fait appel à la créativité, l’imagination. L’inconscient permet alors de chercher d’autres solutions que celles envisagées en état conscient et qui ne fonctionnent pas. Le praticien en hypnose n’est qu’un guide pour vous aider à trouver ces solutions en puisant dans vos ressources.

Environ 95% de la population est hypnotisable.

hypnoses 2 : l’hypnose thérapeutique

hypnose_therapeute_femme

Le praticien en hypnose a suivi une formation théorique et pratique. Il respecte un code de déontologie et ne peut donc pas faire n’importe quoi avec son client.

2 exemples d’hypnose thérapeutique :

  • L’hypnose traditionnelle se rapproche de l’hypnose de spectacle : c’est celle que Freud utilisait. On dit que le praticien se trouve en « position haute » : il est autoritaire et utilise des suggestions directes sous forme d’ordre (ex. : « Détendez-vous », ‘Fermez les yeux »).
  • L’hypnose ericksonienne (qui doit son nom au psychiatre Milton Erickson mais ce sera l’objet d’un autre article) fait partie des thérapies brèves (généralement de 2 à 10 séances pour atteindre un objectif). Le praticien est en « position basse » : il guide le client, l’accompagne dans le changement sans rien lui imposer. Les suggestions sont indirectes et permissives (ex. : « Vous pouvez peut-être vous détendre », « Vous pouvez peut-être fermer les yeux ou les laisser ouverts »). Cette hypnose est respectueuse de la personne.

hypnoses 1 : l’hypnose de spectacle

Image

On a tous cette image de l’hypnose : un tour de magie où on se fait manipuler. On a peur de ne pas se souvenir de ce qui s’est passé, de faire des choses contre sa volonté pendant la séance et après : oublier un chiffre, son prénom…

Ces hypnotiseurs utilisent l’hypnose pour son côté spectaculaire, sans forcément respecter les personnes.

Au risque de gâcher votre plaisir au prochain spectacle, voici deux astuces utilisées :

  • c’est un acolyte qui se prête au jeu
  • l’hypnotiseur repère un sujet hyper réceptif à l’hypnose (6% de la population) en pratiquant une série de tests

Allez, on analyse la prestation de Messmer dans l’émission « Comment ça va bien? » :

http://www.youtube.com/watch?v=itqA5YjSknI

Le « test » utilisé n’en est pas un en réalité. Essayez de garder vos doigts écartés, vous ne tiendrez pas bien longtemps. Ils ne sont pas tous en transe. C’est un prétexte pour repérer par d’autres signes les hyper réceptifs comme Maude, Valentine et Benoît.

Et le spectacle peut commencer :

  • Maude se met à avoir une crise de fou rire
  • Benoît se réveille saoûl, puis se prend pour Rocky et enfin fait des pompes
  • Valentine oublie ses prénom et nom et tombe amoureuse. Je reste dubitative sur le japonais à moins qu’elle ne connaisse cette langue (serait-elle l’acolyte de Messmer?)